Ce 24 février, le message du Saint-Père pour le Carême 2020 a été rendu public et présenté en conférence de presse au Vatican. À deux jours du Mercredi des Cendres, le Pape revient sur la signification du Carême, un «temps favorable» qui ne doit «jamais être tenu pour acquis», pendant lequel les chrétiens sont invités à accueillir la miséricorde de Dieu offerte par le Mystère pascal. Le cœur renouvelé, ils s’ouvrent à la charité, contribuant «à la construction d’un monde plus équitable».

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

«Nous vous en supplions au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu» (2 Co 5, 20): ce verset de saint Paul, que l’on entendra mercredi lors de la messe des Cendres, est le titre du message du Saint-Père pour ce Carême 2020. Un texte qu’il a signé le 7 octobre dernier, en la fête de Notre-Dame du Rosaire.

Le thème de la conversion y est central, et évoqué en même temps que son fondement, le Mystère pascal, «le grand Mystère de la mort et de la résurrection de Jésus» que les chrétiens se préparent à célébrer au terme du Carême.

Le Mystère pascal donne un sens à notre vie

Le Mystère pascal, rappelle François, est la «pierre angulaire de la vie chrétienne personnelle et communautaire», il faut donc «constamment» y revenir, par une «réponse libre et généreuse». Ce Mystère montre l’amour infini du Père, qui par son Fils nous donne la vie en abondance. L’accueil du kérygme permet ainsi de rejeter «le mensonge selon lequel notre vie aurait son origine en nous-mêmes», ce qui nous empêche de «sombrer dans l’abîme du non-sens, de vivre l’enfer ici-bas sur terre», explique le Pape.

«La Pâque de Jésus n’est pas un évènement du passé», poursuit-il en exhortant à la conversion, qu’il estime urgente. Pour cela, il est «salutaire de contempler plus profondément le Mystère pascal, grâce auquel la miséricorde de Dieu nous a été donnée».

Un temps de prière, pour laisser Dieu nous transformer

Le Pape invite plus précisément à la prière, «si importante en ce temps de Carême». Une prière qui prend la forme d’un «dialogue cœur à cœur, d’ami à ami», et «exprime le besoin de correspondre à l’amour de Dieu qui nous précède et nous soutient toujours». La prière «creuse en nous jusqu’à réussir à entamer la dureté de notre cœur, afin de le convertir toujours plus à lui et à sa volonté», souligne le Saint-Père. Il s’agit donc de ne pas laisser passer «ce temps de grâce en vain, dans l’illusion présomptueuse d’être nous-mêmes les maîtres du temps et des modes de notre conversion à lui». Au contraire, la «miséricorde gratuite envers nous» du Seigneur doit être expérimentée sans peur, avec la prière en guise de préparatifs.