Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres: le prêtredépose un peu de cendressur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espéranceen la miséricordede Dieu. En 2020, il est fêté le mercredi 26 février.

On trouve déjà le symbolisme des cendresdans l’Ancien Testament. Il évoque globalement la représentation du péchéet la fragilité de l’être. On peut y lire que quand l’homme se recouvre de cendres, c’est qu’il veut montrer à Dieu qu’il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence, il demande à Dieu le pardon de ses péchés : il fait pénitence.

Un symbole de renaissance

Tous, nous faisons l’expérience du péché. Comment s’en dégager ? Jésus nous apprend que nous serons victorieux du péchéquand nous aurons appris par l’Evangileà remplacer le feu du mal par le feu de l’Amour. Car le feu qui brûle ce jour détruit d’abord mais, en même temps, ce feu éclaire, réchauffe, réconforte, guide et encourage.

La cendre est appliquée sur le front pour nous appeler plus clairement encore à la conversion, précisément par le chemin de l’humilité. La cendre, c’est ce qui reste quand le feu a détruit la matière dont il s’est emparé. Quand on constate qu’il y a des cendres, c’est qu’apparemment il ne reste plus rien de ce que le feu a détruit. C’est l’image de notre pauvreté. Mais les cendrespeuvent aussi fertiliser la terre et la vie peut renaître sous les cendres.

Tout en le marquant, le prêtredit au fidèle : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle». L’évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu – chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18 – qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur :