Lors de son passage à « Grand Jury » de la RFM, Guy Marius Sagna est revenu sur les conditions de sa libération. L’activiste qui juge sa remise en liberté « arbitraire » parle même d’illégalité. « L’Etat en général, l’administration pénitentiaire en particulier, fait du mieux qu’elle peut pour éviter des attroupements autour des établissements pénitentiaires. Mais tout ce que j’ai à dire et je persiste, la manière avec laquelle je suis sorti du quartier de haute sécurité du Camp pénal était illégale, arbitraire. Je n’ai jamais demandé une liberté provisoire et je n’ai signé aucun document allant dans ce sens.  Je n’ai apposé mon doigt sur aucun document. L’avocat Me Amadou Sall est venu me voir, mais à aucun moment de notre échange il a était question de liberté provisoire. Et pour moi, ce n’est pas Me Sall qui est le responsable. Pour moi ce qu’on doit pointer du doigt et questionner, c’est notre système judiciaire. C’est inacceptable qu’un citoyen sénégalais soit arbitrairement arrêté, arbitrairement détenu et arbitrairement relâché. Nous sommes tous en danger. Même si je bénéficie aujourd’hui de cette illégalité, je cri le cas arbitraire de cette mesure car nous sommes tous menacés ».