La suppression de quelques institutions permettrait à l’Etat du Sénégal de disposer d’une liquidité pour faire face au coronavirus. C’est la conviction de Guy Marius Sagna qui demande la suppression du Hcct et du CESE.  « C’est déjà un bon début. Mais la première chose comme remarque à faire par rapport à ça, après avoir salué ce début de lutte contre le coronavirus, c’est que j’aurai bien salué entendre le président de la République dire que sur les 100 milliards, voilà ce que l’Etat a déjà mis sur la table. Aujourd’hui, nous sommes dans un flou. D’om vont provenir ces 100 milliards ? Il pouvait nous donner un chiffre et nous rassurer. Nous dire clairement que sur cette somme, voilà ce dont nous disposons et voilà ce que nous recherchons. Avec Ar linou Bokk et No lank, nous avons estimé qu’il faudrait peut-être  penser de prendre les fonds politiques de la présidence, du HCCT ou encore de l’Assemblée nationale pour les mettre dans cette lutte contre le coronavirus », a-t-il fait savoir.  Mieux, le leader de France Dégage demande la suppression de ces institutions. « Ppersonnellement, je suis en train de penser à autre chose même, de plus radicale. Est-ce qu’’il nous faut pas un deuxième 19 septembre ? Pourquoi la date du 19 septembre ? Le président de la République, nouvellement élu, avait supprimé le Senat, car il fallait lutter contre les inondations. Les citoyens avaient certes peurs à l’époque. Mais c’est aujourd’hui qu’ils ont le plus peur. S’il a pu supprimer le Sénat en 2012 pour dit-il, lutter contre les inondations, aujourd’hui, nous sommes encore plus menacés, inquiets. Je vous rappelle qu’à l’époque, le Sénat c’était un budget de 7 à 8 milliards. Si réellement nous avons peur et que si réellement que c’est notre peuple que nous mettons en avant et pas des intérêts personnels, je crois que le président devrait pouvoir se souvenir de ce qu’il avait fait le 19 septembre 2012. Face à nos soldats de la santé, qui travaillent les mains nues, aux forces de défense et de sécurité, face à l’inquiétude que nous éprouvons tous, car nous savons que nous n’avons pas un système de santé au point, est-ce qu’il ne faudrait pas supprimer certaines institutions dont le HCCT, CESE… C’est pour dire que si aujourd’hui c’est le peuple sénégalais qui compte, il faudrait poser des actes forts. Et les actes forets, c’est d’aller chercher l’argent où il se trouve. Et effectivement, les Sénégalais qui disaient qu’il y avait des institutions inutiles et budgétivores ont raison. Et c’est l’occasion aujourd’hui de réconcilier les Sénégalais avec eux même, en prenant des mesures pour leur dire que c’est vos vies qui sont plus importantes qu’une clientèle politique pour ne pas dire politicienne », a ajouté l’activiste lors de son passage à « Grand Jury » de la RFM.