Cela fait maintenant un mois que le virus Covid 19 est présent sur le sol sénégalais. Lors d’un point de presse au ministère de la Santé et de l’Action sociale, le Pr Moussa Seydi a fait la situation globale.

Le point le Covid 19 après un mois

« Cela fait déjà un mois que le virus responsable du Covid 19 sévit au Sénégal. Et le Covid 19 vient de nous prendre un Sénégalais que tout le monde connaît, qui représente beaucoup pour ce pays, M. Pape Diouf. Je voudrai donc présenter mes condoléances à sa famille, ses amis et aux Sénégalais. En science, la constatation seulement ne suffit pas. Nous avons à l’heure actuelle eu à hospitaliser 195 cas et parmi ces cas, 55 sont guéris. Il reste donc 138 qui sont sous traitement. Les patients sous traitement, notamment sous traitement spécifique tel que l’hydroxychloroquine guérissent plus vite. Nous l’avons constaté. Mais comme j’ai eu à le dire, la constatation seulement ne suffit pas. Il faut faire des recherches poussées, avant de valider une attitude. Mais les résultats que nous avons constatés nous rassurent et rassurent toute mon équipe.  Et nous allons continuer dans ce sens. La prise en charge ne se limite pas au traitement spécifique. Nous allons même dans les jours à venir, y associer de L’azithromycine. Ce qui devait nous permettre de meilleurs résultats. Mais il faut noter que la prise en charge ne se limite pas seulement au traitement spécifique. Certes, le traitement antiviral permet de raccourcir la durée d’hospitalisation, de guérir plus vite le malade. Mais ce traitement ne serait pas suffisant si on ne n’y associait pas les autres aspects thérapeutiques, tel que le traitement symptomatique. Même le traitement de réanimation, tel que l’utilisation  du respirateur fait partie du traitement symptomatique.  Donc, le traitement symptomatique est essentiel ».

Des patients qui viennent avec d’autres maladies

« Nous devons en même temps traiter les comorbidités parce que nous avons des patients qui viennent avec beaucoup d’autres pathologies associées tel que le diabète, l’hypertension artérielle, l’insuffisance rénale ou l’hypothyroïdie. Nous devons aussi prévenir les complications telles que la maladie thromboembolique. Cette maladie peut se compliquer d’embolie pulmonaire et tuer le malade. Nous devons prévenir les surinfections. Chez certains sujets qui ont une atteinte pulmonaire, nous devons donner des antibiotiques pour éviter que la surinfection n’emporte le malade. Donc, ceci, c’est pour dire que la prise en charge est un ensemble, un package. Ce n’est pas uniquement l’utilisation de traitement spécifique.

Pas encore d’effets secondaires chez les patients

« J’insiste sur un fait. Ces résultats ne doivent pas pousser à l’automédication qui reste dangereuse. Et c’est pour éviter d’avoir des effets secondaires inconnus et gravissimes peut-être que nous avons commencé dans un premier temps à traiter nos patients uniquement avec de L’hydroxychloroquine, bien qu’il soit connu qu’avec l’association de L’azithromycine soit plus efficace. Mais après avoir traité un certain nombre de patients, nous n’avons pas noté d’effets secondaires.  Nous sommes maintenant en droit de passer à la deuxième étape ».

Accentuer la prévention

« Je voudrais aussi souligne que le combat, ce n’est pas le combat de la prise en charge. C’est plutôt le combat de la prévention. La prévention passe par respecter les mesures qui ont été proposées par le ministère de la Santé et de l’Action sociale. Et c’est l’occasion aussi pour moi de remercier la presse pour son implication dans c combat. C’est le combat de la prévention qui nous fera gagner la guerre. Encore une fois, ce n’est pas celui de la prise en charge ».