La propagation du Coronavirus a poussé les autorités sénégalaises à prendre des mesures fermes pour freiner l’épidémie. Ainsi, les activités sportives sont suspendues sur l’ensemble du territoire national, jusqu’à nouvel ordre. Pour le président de la fédération sénégalaise de handball, cette mesure s’impose, dans un contexte de peur et d’angoisse. Selon Seydou Diouf, la santé des athlètes doit passer avant tout.

Président, comment appréciez-vous les mesures prises par le chef de l’Etat ?

Comme vous le savez, en ce moment exceptionnel marqué par l’angoisse et l’incertitude, la seule attitude qui doit prévaloir doit être une attitude de responsabilité. C’est pourquoi la fédération sénégalaise de handball, en application des décisions du président de la République, nous avons pensé qu’il était également plus qu’opportun de fermer le centre national d’entraînement de Thiès où nous avions regroupé 30 jeunes filles. Elles s’entraînent et font également leurs études dans cette ville. Cela permettra aux filles, dès lors qu’il n y a plus enseignements, de retourner dans leurs familles respectives. Le directeur du centre, par ailleurs manager de l’équipe nationale A est bloqué en France ».

 Et qu’en est-il des tournois auxquels le Sénégal devait participer ?

Nous avons arrêté les regroupements des U20 (fille) qui devaient se rendre en Colombie pour un tournoi. Nous avons également annulé le stage de l’équipe nationale A qui devait avoir lieu en Espagne, dans le cadre des TQO. Et le TQO même a été décalé au mois de juin, selon la note que nous avons eu à recevoir. Nous avons également annulé le regroupement qui se déroulait à l’université Gaston Berger de Saint-Louis. Il concerne essentiellement les U18 et U20 garçons qui devaient se rendre à Bamako. Nous mesurons la déception de nos athlètes, mais nous pensons d’abord à leur santé. Et en ce moment particulier, je voudrais souhaiter une parfaite santé à tous nos athlètes d’ici et de la diaspora ».

 Quel message avez-vous lancé aux joueuses de l’équipe nationale qui préparaient le TQO ?

 J’ai envoyé un message à l’équipe nationale féminine, à la capitaine que j’ai eu au téléphone et au manager général. Je tenais à leur exprimer le soutien et la solidarité du Sénégal, leur pays, en ces moments difficiles en Europe,  où ils vivent l’angoisse. Nous avons également demandé à nos médecins de l’équipe nationale de prodiguer les bons conseils à nos joueuses qui étaient prêtes pour entamer le TQO dans la perspective d’une qualification historique pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020 (Japon). Mais ce n’est que partie remise pour ces athlètes. Je pense à elles, à leurs familles, aux dirigeants, présidents de clubs qui sont ici au Sénégal, aux joueurs et joueuses qui sont dans le pays. Mais à tous, je dis prudence et responsabilité. C’est le message que je lance, en tant que président de la fédération sénégalaise de handball ».