L’armée américaine a frappé cinq positions en Irak d’une milice pro-iranienne dans la nuit de jeudi à vendredi, à titre de représailles après la mort de deux militaires américains dans une attaque à la roquette sur une base de la coalition internationale en Irak. « Ces frappes étaient défensives, proportionnées et en réponse directe à la menace posée par les groupes armés chiites pro-iraniens qui continuent à attaquer les bases accueillant les forces de la coalition  internationale antijihadiste en Irak », a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

Selon la même source, les frappes ont visé cinq unités de stockage d’armement des Brigades du Hezbollah (Kataeb Hezbollah), l’une des factions pro-Iran les plus radicales d’Irak. « L’objectif était de pour réduire leurs capacités à mener de futures attaques contre les forces de la coalition », a précisé le ministère américain de la Défense.  « Ces groupes terroristes doivent cesser leurs attaques contre les forces américaines et de la coalition, sinon ils devront en subir les conséquences, au moment et à l’endroit de notre choix », a ajouté le Pentagone.

Deux militaires américains et une militaire britannique ont été tués dans cette attaque, la 22e contre des intérêts américains en Irak depuis la fin octobre, qui a également fait 14 blessés américains, britanniques, polonais et autres, dont cinq sont dans un état grave. A Bagdad, des responsables locaux de la sécurité ont précisé à l’AFP que des bases des brigades du Hezbollah dans la zone de Jorf al-Sakher, dans la province de Babylone qui borde Bagdad au sud, avaient été visées par au moins cinq bombardements