Les lourdes sanctions infligées certains arbitres continuent d’alimenter les débats. Président des amateurs de lutte, Doudou Diagne « Dieko » n’est pas d’avis avec le Comité national de gestion de la lutte (Cng). A l’en croire, une discussion autour d’une table aurait suffit pour éviter cette situation.

En tant que président des amateurs, aviez-vous eu vent de cette grève qui se préparait ?

J’avais seulement eu des échos, disant que les arbitres seront en grève. Par la suite, Alioune Sarr avait dit que les arbitres étaient en grèves et qu’ils n’allaient  pas travailler pour les combats du week-end. Il fallait qu’on discute de cette situation. Et c’est par la suite que Sitor Ndour  a donné les raisons de cette grève. J’avais suggéré à ce dernier d’écrire au moins une lettre pour les informer sur le bien-fondé de leur mouvement.  Il ne faut pas aussi oublier que la lutte est privée. Et ce n’est pas aux membres du Cng d’organiser des combats. L’organisation des combats revient uniquement aux promoteurs. C’est eux qui investissement leur argent. Quand vous êtes en grève, ce sont les promoteurs qui seront en perte, mais pas le Cng.

Quel a été la réaction des arbitres, quand vous avez essayé de les raisonner ?

Dans un premier temps, Sitor a reconnu les faits. Et je lui avais même proposé d’en discuter et  essayer de trouver une solution. Mais à ma grande surprise, il a refusé. Par la suite,  j’ai appelé Malick, l’autre arbitre. A son tour, il a refusé. C’est par la suite que Alioune Sarr a pris ses responsabilités, c’est-à-dire aller trouver d »autres arbitres.

Mais malgré tout, partagez-vous cette décision de les sanctionner ?

En ce qui concerne les sanctions, je ne suis pas d’avis avec les membres du Cng. C’est regrettable et cela ne devait pas se produire. Il fallait trouver un terrain d’attente. Il faut reconnaitre également que les arbitres sont dans leur droit. Le Cng ne devait  même pas brandir le bâton. Radier Sitor Ndour dans le milieu de la lutte est vraiment une chose déplorable. Il pouvait uniquement se limiter à la suspension. Ils sont dans leur droit de revendiquer quelques choses.

Pensez-vous que ces arbitres choisis par le Cng peuvent régler la situation ?

Les arbitres que le Cng a choisis pour remplacer ceux qui sont en grève ne sont pas professionnels. Dimanche passé, ils ont eu à commettre  beaucoup d’erreurs. C’est vrai que certains managers préfèrent ces arbitres, car ils ne donnent pas beaucoup d’avertissements. Ce qui n’est pas le cas des autres. Pour moi, l’idéal c’est de trouver une solution.

Selon vous, qu’est-ce qui pourrait ramener le calme dans l’arène?

Pour moi, la seule solution est que les lutteurs et le Cng puissent se retrouver au tour d’une table et discuter. C’est la seule et unique solution. On n’a pas besoin de chercher de midi à quatorze heures. Ils doivent se retrouver et se parler. Il y va de l’intérêt de la lutte que nous aimons tous.