Pour Souleymane Telico, cette loi pose problème pour les magistrats qui émettent des réserves. Son collègue Alioune Ndao Procureur est plus virulent. « les dossiers de viols qui ont été criminalisés, ça va créer un engorgement. les longues détentions vont perdurer. Et c’est de ce point de vue que nous praticien du droit nous critiquons cette loi ». Une loi comme ça qui concerne des faits de société devait être l’objet d’amples discussions pour avoir un consensus. Malheureusement, nous avons été tous mis devant le fait accompli et c’est pour cette raison que les acteurs judiciaires eux-mêmes s’interrogent », regrette Alioune Ndao.