Immigration vers l’Europe: les autorités libyennes faiseurs de discriminatoire raciale

Immigration vers l’Europe: les autorités libyennes faiseurs de discriminatoire raciale
0 0
Spread the love
Read Time:1 Minute, 51 Second

Dans la nuit du 26 septembre dernier, plusieurs ressortissants d’Afrique subsaharienne mais aussi des Tunisiens, avaient essayé de rejoindre l’Europe via les côtes italiennes.

Des activistes ayant suivis leur arrestation ont ainsi diffusé le film de ces évènements. Ils ont également diffusé leurs expulsion au niveau de la frontière tuniso-libyenne. Ces migrants, ressortissants d’Afrique subsaharienne arrêtés par la garde maritime , ont été placés le lundi 27 septembre dans des bus en direction de la frontière avec la Libye; selon Les Observateurs de France 24. « Quand on nous a arrêtés sur les bateaux pour l’Europe; ils ont relâché les Tunisiens et ont placé les Subsahariens en détention. Puis, le lendemain, on nous a fait monter dans des bus; sans nous dire où l’on allait. Il y avait des enfants. Des femmes enceintes et des vieilles dames. Après avoir roulé pendant cinq heures, on nous a séparés en trois groupes. Puis, nous sommes montés dans des pickups direction le désert”, explique l’un d’entre eux.

‘Nous avons essayé de montrer nos passeports, mais la garde nationale ne voulait rien savoir. Les membres de la garde nationale qui nous accompagnaient nous ont dit que nos pays respectifs n’avaient pas d’accord de coopération avec la Tunisie concernant l’immigration. On s’est retrouvés dans une zone d’une vingtaine de kilomètres entre la Libye et la Tunisie. On nous a montré un chemin en nous disant : ‘suivez la route par là-bas’, en direction de la Libye. Quand certains d’entre nous ont expliqué vouloir rester en Tunisie, la garde nationale nous a menacés, frappés et insultés… Certains ont suivi la route, mais d’autres ont refusé, comme moi”, ajoute-t-il.

 

“J’étais accompagné d’une femme enceinte. Elle avait très, très soif et se plaignait de douleurs au ventre, car elle était quasiment à neuf mois de grossesse. Nous avons finalement pu rentrer à Sfax par le bus. Je suis depuis deux ans en Tunisie, où j’essaie de vivre de petits boulots. Quand j’étais dans le désert, des membres de la garde nationale nous ont menacés de mort. Mais franchement, en y repensant, je préfère la mort que de vivre ça”, conclut-il.

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Please follow and like us:

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

titre

Bienvenu sur Dakar news live

X

Vous aimez ce blog? Veuillez passer le mot