Dégâts écologiques : la mer se déchaîne à Bargny

Dégâts écologiques : la mer se déchaîne à Bargny
0 0
Spread the love
Read Time:1 Minute, 21 Second

Des maisons en ruines, pieds dans l’eau . Nous sommes à Minam précisément à Bargny où la mer fait ravage. Leur vie en jeu, les habitants de la localité appellent à l’aide aux autorités du pays.

 

La mer grignote petit à petit les maisons à Bargny. Le cimetière de la localité est également ravagé. Face à cette situation, les habitants de Minam lancent l’alerte aux autorités. ” Lorsque vous voyez ça, vous savez que c’est plus qu’un danger. Ce n’est pas pour dramatiser mais quiconque voit cette situation devrait savoir que ceux qui habitent ici mettent leur vie en jeu. J’habite cette maison avec mes enfants et petits-enfants. De grâce Macky, regarde ça, jetez un coup d’œil à cet écran. Nous voulons que vous nous aidiez” s’inquiète Daouda Diouf un habitant de la localité.

 

En plus des menaces de la mer, les habitants vivent un autre problème. Un port mineralier en construction et un central de charbon agacent les populations déjà étouffés par la cimenterie qui s’est installée depuis plus de 10 ans . ” Personne n’en veut. Personne. Une centrale à charbon, vraiment personne n’en veut. Elle nous empeste vraiment. A chaque fois qu’elle commence à tourner, si le vent ne change pas de direction et que la fumée vienne dans le village, le lendemain, partout c’est noir. Ça, ce n’est pas normal. Juridiquement et logiquement, le village doit être délocalisé”, dénonce Badourahmane Gueye,  un policier à la retraite.

 

Des jeunes militants écologiques mènent un combat pour la delocalisation de ces structures qui pourrissent la vie des populations de Bargny

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Please follow and like us:

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

titre

Bienvenu sur Dakar news live

X

Vous aimez ce blog? Veuillez passer le mot