Plus ancien membre du CIO, Dick Pound a mis en doute mardi la possibilité de déplacer ou reporter les JO 2020 s’il s’avérait trop dangereux d’organiser l’événement à Tokyo cet été en raison de l’épidémie de coronaviru

S’il devenait impossible d’organiser les JO « Il faudrait probablement envisager une annulation », a expliqué cet ancien champion de natation, membre du CIO en 1978, dans des propos rapportés par l’Agence France Presse. « Vous ne pouvez simplement pas reporter un événement de la taille des JO. Il y a tellement de composantes, de pays, de compétitions, vous ne pouvez pas dire : “nous le ferons en octobre”, avance-t-il.

De même, Pound est dubitatif quant à la possibilité de déplacer les Jeux dans une autre ville, un candidat à la mairie de Londres ayant fait savoir la semaine dernière que la capitale britannique serait prête à accueillir les prochains JO. « Il y a peu d’endroits dans le monde qui pourrait moderniser ses installations en si peu de temps », justifie Pound. Il estime par ailleurs que l’instance à laquelle il appartient dispose d’une fenêtre de deux ou trois mois pour décider du sort des JO de Tokyo. « Durant cette période, il va falloir se demander : est-ce que la situation est suffisamment sous contrôle ? ». Pour autant, le Canadien encourage les athlètes à ne rien changer dans leur préparation. « À ce stade, tous les indicateurs poussent à penser que les Jeux se tiendront normalement. » Plus tôt, ce mardi, le comité d’organisation des Jeux Olympiques 2020 avait justement assuré que la propagation du coronavirus au Japon et plus globalement dans le monde, n’avait jamais conduit à envisager une annulation de la quinzaine olympique programmée du 24 juillet au 9 août.