Les personnes du 3e âge réclament plus de considération. Se sentant « marginalisés », ils veulent qu’un ministère leur soit dédié. Ils sont regroupés au sein du Conseil régional des aînés (CRA).

« La majeure partie des personnes âgées qui ont servi, et continuent de toujours servir le Sénégal, ne jouit pas d’une pension de retraite », arguant que « cette couche vulnérable a droit à une fin de vie décente, empreinte de dignité, et de considération» a fait savoir Insa Laye Sèye, leur porte-parole, face à la presse, hier.

En conséquence, « le CRA considère qu’il est plus qu’urgent d’appliquer à cette composante de manière effective le minimum de vieillesse, à l’instar des bourses de sécurité familiale. » Dans la foulée, le CRA recommande « une révision des textes de l’IPRES (Institution de prévoyance retraite du Sénégal), qui sont pour la plupart obsolètes, et un audit des finances de l’institution sans complaisance. »

Le CRA porté sur les fonts baptismaux le 9 janvier 2019, estime à 800 mille le nombre des personnes du 3e âge, soit 9% de la population sénégalaise.   Ses membres réclament aussi leur participation à tous les dialogues, et instances nationaux, ayant pour mission « le renforcement de la cohésion sociale, et le règlement des conflits ».