Certains malades atteints du coronavirus dénoncent les conditions dans lesquelles ils sont actuellement. Internés dans certaines structures sanitaires prévues pour accueillir les patients de covid-19, ils interpellent le président de la République, Macky Sall et son ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr. 

Selon le journal « Les Echos », ces malades, qui sont internés à l’hôpital Dalal Diamm et celui de Diamniadio, demandent plus de confort. Placés dans une chambre où il n’y a que le lit, les malades n’ont droit ni au téléviseur, ni au moindre confort. Et selon le journal, ils sont obligés de faire avec les caprices du climat, faute de climatiseur dans les chambres. 

Pis, la nourriture qui leur est servie est plus de « catastrophique ». « Pour ce qui est de la nourriture, il faut dire que c’est la catastrophe », a déploré un parent d’un des malades. En plus du grand retard accusé dans le service, les repas sont insignifiants, sans qualités ni chauffés. 

Des malades qui se sont plaints auprès de leurs familles, leurs ont confié que le petit-déjeuner est servi à 10 heures ou bien après, le déjeuner vers 16 heures et le dîner vers 21 heures ou 22 h. Alors que dans la fiche qui leur est remise, il est indiqué que le petit-déjeuner est servi à 9 h, le déjeuner à 14h et le dîner à 20 h. 

L’autre chose plus grave, dixit les familles des patients, les malades ne voient le personnel soignant que très rarement. Et, révèlent-elles, ce ne sont pas les médecins qui viennent, mais ce sont les infirmiers qui viennent les voir, qui prennent leurs constantes, leur donne un médicament avant de disparaître.