Le secrétaire général de l’ONU s’est dit préoccupé par la propagation du coronavirus dans le monde. Dans un entretien exclusif accordé à RFI et France 24, Antonio Gutierres a invité l’a communauté international à faire de l’Afrique sa priorité pour éviter le pire sur le continent.

L’Afrique doit être une priorité absolue pour la communauté internationale dans la lutte contre le virus. C’est propos sont du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. « Il faut absolument faire de l’Afrique une priorité de la communauté internationale. Ça veut dire un investissement massif. Il nous faut une mobilisation gigantesque, une priorité absolue parce qu’il encore temps à mon avis d’éviter le pire », a indiqué Antonio Gutierres, dans un entretien accordé à RFI et France 24. Et à en croire le diplomate, la situation est loin d’être rassurante. D’où son cri d’alarme pour le continent africain. « Sans cette mobilisation gigantesque, je crains qu’on aura en Afrique des millions et des millions de personnes infectées et même si la population est plus jeune que dans le Nord, que dans les pays le plus développés, il y aura nécessairement des millions de morts », estime-il.

Le diplomate a aussi fait part de ses craintes liées à la mutation du virus. « Dans une situation comme celle-là où le virus se transmet sans limites, les risques de mutation sont plus grands. Et s’il y a une mutation, alors tout l’investissement qu’on vient de faire pour les vaccins sera perdu. Et la maladie reviendra du Sud vers le Nord. Alors, c’est dans l’intérêt des pays du Nord de faire cet investissement massif en Afrique et ça implique vraiment du point de vue technique, du point de vue financier, un effort gigantesque », estime-t-il. Toutefois, la fermeture des frontières ne devrait pas faciliter le travail, notamment du point de vue logistique. « Je suis absolument convaincu que les pays africains ouvriront leurs aéroports pour que ces équipements puissent rapidement être transmis », a ajouté le secrétaire général de l’ONU.