SENEGAL-ECONOMIE-MEDIA APPEL À UNE MEILLEURE RÉGLEMENTATION DE L’ACCÈS AU MARCHÉ DE LA PUBLICITÉ

SENEGAL-ECONOMIE-MEDIA APPEL À UNE MEILLEURE RÉGLEMENTATION DE L’ACCÈS AU MARCHÉ DE LA PUBLICITÉ
0 0
Spread the love
Read Time:2 Minute, 53 Second

Dakar, 13 avr (APS) – Le juriste Macoumba Koumé a souligné, mercredi, à Dakar, la nécessité d’aboutir à une meilleure réglementation de l’accès au marché de la publicité afin de sortir de la situation d’anarchie constatée dans le secteur.

“En ce qui concerne l’accès dans ce secteur, une réglementation est nécessaire. Nous constatons tous qu’il règne une anarchie totale dans ce secteur”, a-t-il notamment déclaré.

Il intervenait à un atelier de validation de la loi portant code de la publicité auquel ont participé plusieurs représentants des différents ministères, des organes de régulation de la presse et des juristes.

Koumé, par ailleurs personne ressource pour la loi portant Code de la Publicité, a ajouté que l’un de ses objectifs principaux, était d’assainir et d’organiser le secteur.

Sur la question encadrant l’accès, le juriste a estimé qu’il fallait conserver les points relatifs à la réglementation et l’accès.

Sur ces aspects, il a souligné que l’accréditation sera matérialisée par une carte avec une durée de validité.

“Cette loi sur la publicité (…) est un document de portée générale. Normalement tous les aspects de la publicité doivent être évoqués dans ce texte avant qu’il ne soit repris et précis dans la loi”, a soutenu Koumé.

L’ancien Directeur général du quotidien national Le Soleil, Cheikh Thiam a lui aussi évoqué les conditions d’accès à la publicité.

“Il y a des irruptions venues de toutes parts dans ce secteur où on ne sait qui est qui ou qui fait quoi. Toutes les dérives constatées entraînent des pertes que subissent les médias, l’Etat et les agences de publicité, parce que dans une situation pareille, il n’y a plus de recettes”, a insisté le journaliste.

Selon lui “si on ne limite pas ou on ne réglemente pas l’accès, ce sera la porte ouverte à toutes sortes de dérives”.

La préoccupation, a-t-il fait savoir, c’est d’assainir et de permettre aux professionnels de vivre de leur métier, et à l’Etat, de tirer des recettes provenant de ce secteur.

Dans ce marché, Cheikh Thiam estime qu’on ne connaît pas exactement les chiffres réelles, même si certains avancent des sommes comprises entre 10 et 20 milliards de francs CFA par année.

“C’est un capharnaüm aujourd’hui, car depuis 1983, cette loi qui régissait le secteur n’a pas connu d’avancées. L’assainissement du secteur nécessite qu’on sache qui est qui. Ce sont là les principales préoccupations qui fondent la réglementation et la limitation de l’accès aux métiers de la publicité”, a déclaré Thiam.

Babacar Thioye Bâ, une autre personne ressource, a précisé qu’on est dans un régime d’accès dans lequel il faut connaître les conditions qui permettent d’accéder à cette profession.

Il estime qu’une fois qu’on accède à la profession, l’exercice est libre.

“A mon sens, il faut distinguer les conditions d’accès de celles de la réglementation. C’est une question importante pour assainir, parce que l’objectif principal est d’organiser cette profession afin de permettre aux acteurs de tirer de la richesse”, a suggéré Ba.

Cette loi portant Code de la Publicité contient 178 articles. Elle abroge et remplace la loi 64-51 du 10 juillet 1964 relative à l’apposition d’affiches et de dispositifs de publicité et celle de 83-20 du 28 janvier 1984 relative à la publicité.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Please follow and like us:

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

titre

Bienvenu sur Dakar news live

X

Vous aimez ce blog? Veuillez passer le mot